Salva Fauna

Histoires {fr}

La Chevêchette d'Europe dans la montagne jurassienne

La Chevêchette d'Europe (Glaucidium passerinum) est une espèce de rapace nocturne fréquentant les grands massifs forestiers en montagne. Elle fait rêver de nombreux ornithologues et photographes animaliers tant sa découverte peut être particulièrement ardue et parfois aléatoire. La plus petite chouette du continent habite bien souvent des endroits reculés et difficiles d'accès et elle peut s'avérer très discrète.

Ma « première » rencontre avec la chouette pygmée (son nom anglais) remonte à 2013. Je mets première entre guillemets puisque j'avais déjà entendu cette chouette mais les heures de recherches précédentes ne m’avaient pas permis de contact visuel, ce qui est très frustrant mais participe grandement à l'excitation de la découverte d'un individu.

Le plus drôle dans cette première observation est son côté totalement fortuit, alors que je me baladais en compagnie de quelques amis naturalistes dans un grand massif boisé jurassien connu pour héberger les différentes espèces typiques de la montagne du même nom. Pour l'anecdote, nous étions en plein mois de mai à un peu plus de 1000 mètres d’altitude et l’importante épaisseur du manteau neigeux nous a contraint à garer la voiture en contrebas du massif en raison d’une route non déneigée. Bien nous en a pris ! En effet, après quelques efforts pour avancer à pied dans la neige sans raquettes, et alors que nous étions un peu distraits par une conversation commune, je vis un oiseau se poser au sommet d’un épicéa à quelques dizaines de mètres devant nous. Je sus rapidement qu’il ne s’agissait pas d’un oiseau « habituel », tout d’abord à sa petite taille (cette chouette fait à peu près la taille d’un Etourneau sansonnet), puis à son aspect rondelet, mais aussi à son vol ondulé dont j’avais lu la description de nombreuses fois dans les livres. Un rapide coup de jumelles a confirmé mes soupçons : une CHEVÊCHETTE D’EUROPE, ENFIN !! La montée d’adrénaline fut immédiate et intense, un gros moment de joie pour nous tous ! Profitant d’un séjour de quelques jours, nous n’avons pas manqué de fêter cette « coche » dans un beau gîte typique du Jura le soir même.

Depuis cette date, quelques Chevêchettes d’Europe ont été observées et les recherches dans les forêts mythiques du Jura et des Vosges sont toujours aussi passionnantes.

Comment identifier la Chevêchette d'Europe ?

La Chevêchette d’Europe est une très petite chouette globalement brune, mouchetée de points blancs dessus et blanchâtre rayée de brun dessous. Elle présente un aspect plutôt « rond » à queue courte et un air assez agressif avec ses yeux jaunes surmontés de sourcils blancs.

Chevêchette d’Europe adulte au repos.

Chevêchette d’Europe adulte au repos.

Chevêchette d’Europe. Quand les jeunes sont nés, passe du temps à nettoyer la cavité et jeter les restes de nourritures, fientes, plumes hors de la loge qui sont visibles sous le nid.

Chevêchette d’Europe. Quand les jeunes sont nés, passe du temps à nettoyer la cavité et jeter les restes de nourritures, fientes, plumes hors de la loge qui sont visibles sous le nid.

Contrairement à certaines familles ou genres de notre avifaune, les rapaces nocturnes sont représentés par un nombre limité d’espèces en France et ils sont relativement aisés à différencier. La Chevêchette d’Europe pourrait être confondue avec une espèce en particulier : la Chevêche d’Athéna (Athene noctua). La chevêche habite toutefois les milieux semi-ouverts et ouverts de plaine contrairement à la chevêchette qui est un oiseau forestier d’altitude. Attention cependant, le critère « habitat » doit toujours être pris avec précaution parce que la plupart des oiseaux ont la capacité de voler 😉 et tout est alors potentiellement envisageable !

Où observer la Chevêchette d’Europe dans le Jura ?

L’espèce est largement répartie sur tout le massif jurassien, du Sud de la région (frontière avec l’Ain) jusque dans le Nord du Doubs à des altitudes variant de plus de 1000 mètres (majorité des reproducteurs) à 500-600 mètres¹,³ dans une moindre mesure. Le Jura suisse est également bien occupé par l’espèce qui y est largement étudiée ²,³.

La Chevêchette d’Europe est une spécialiste d’une nature préservée ! Elle fréquente les vieilles forêts de conifères mêlées de feuillus où les arbres morts sont nombreux et les proportions de parcelles sénescentes importants. Elle a la particularité de se reproduire dans des anciennes loges de Pics épeiche (Dendrocopos major) et Pics tridactyles (Picoides tridactylus).

Comment se porte l’espèce en Franche-Comté et dans le Jura ?

La région Franche-Comté porte une responsabilité à l’échelle nationale puisqu’une population importante s’y reproduit ¹. Elle est en progression en France et semble suivre la même tendance dans le Jura français et suisse ³. Sa distribution a changé ces dernières décennies notamment en raison d’un plus fort intérêt pour ces petites chouettes mais également d’une extension de son aire de répartition améliorant ainsi ses limites de présence en région comme à l’échelle nationale. On sait aujourd’hui, qu’à l’instar de sa cousine la Chouette de Tengmlam, elle présente d’importantes fluctuations en lien avec les ressources alimentaires essentiellement. Le rajeunissement global des forêts et le changement climatique pourrait cependant inverser sa tendance d’évolution future ¹.

Rendez-vous donc pendant notre séjour photo nature dans le Jura français pour pouvoir observer la Chevêchette d’Europe et découvrir de nombreuses autres espèces typiques du massif jurassien.

 
OISEAUX DU JURA

Séjour photo nature de 3 jours dedié aux oiseaux du Jura français. Nous chercherons notamment les espèces mythiques de la région, comme la Chevêchette d’Europe, la Chouette de Tengmalm ou le Pic noir.

 
 

Emilien
Guide Salva Fauna


¹ LPO Franche-Comté (2017). Les oiseaux de Franche-Comté - Répartition, tendances et conservation. Biotopes éditions. 480 p.

² www.vd.ch/fileadmin/user_upload/themes/environnement/forets/fichiers_pdf/fiches_action/F05_Fiche_d_action_chevechette_d_Europe.pdf

³ Michelat D., Gauthier-Clerc M. (2016). Statut de la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum dans le Jura franc-comtois. Ornithos 23-1 – p.28-43.