Salva Fauna

Histoires {fr}

Le Caribou des bois en Gaspésie

caribou-des-bois-gaspésie

Beaucoup de personnes connaissent le Caribou (ou Renne) juste de nom et de part sa connotation avec les fêtes de Noël mais peu connaissent réellement ses particularités biologiques. Le Caribou fait référence aux populations d’Amérique du Nord alors que le Renne est présent en Europe. Ceci-dit, on parle bien de la même espèce ! C’est un animal intriguant qui donne tout de suite aux amateurs de nature une vision du grand nord aux étendues naturelles immenses, la rigueur de l’hiver, des tempêtes de neige. Le Caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) correspond à la sous espèce que l’on retrouve le plus au sud du Canada, dans les forêts boréales ou nordiques à partir de la Colombie-Britannique à l’ouest jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador à l’est. Cette sous-espèce est donc présente au Québec et en Gaspésie. Le Caribou est très bien adapté à son milieu. Son corps court et trapu conserve la chaleur et ses longues pattes lui permettent de se déplacer dans la neige sans trop de difficultés. Pour l’hiver, il se dote d’un pelage très épais et long, ce qui lui permet d’être isolé en toute sûreté pour résister aux tempêtes de neige et aux températures négatives.

Ce mammifère ongulé (animaux possédant des onglons) est capable de s’adapter en fonction de la saison. En effet, ses onglons larges et concaves (similaires aux doigts chez l’homme) grandissent en hiver et lui servent ainsi à creuser dans la neige pour pouvoir trouver sa nourriture. Ils ont aussi la particularité d’avoir des bords tranchants ce qui permet au Caribou d’avoir une bonne prise sur la glace et sur les roches glissantes. En été, les onglons s’usent au frottement avec la roche et retrouvent donc leur taille initiale. Lorsque cet animal est en danger, des glandes situées à la base de la cheville sont capables de sécréter une odeur spéciale, reconnue de tous les caribous du secteur et indiquant gentiment « sauve qui peut ! »

Le Caribou se nourrit principalement de végétaux, de lichens et racines notamment l’hiver lorsque l’activité foliaire des arbrisseaux est suspendue. De la même manière que le Cerf élaphe (Cervus elaphus) en Europe, le Caribou possède des bois qui poussent chaque année au printemps, jusqu’en été, vers la fin août. Il finit par les perdre, une fois l’accouplement effectué.

Au Québec et notamment en Gaspésie, quelques groupes de Caribous des bois demeurent. Ils sont concentrés dans les limites du Parc National de la Gaspésie et sont par ailleurs en grand danger. Le dernier inventaire aérien du Caribou des bois en Gaspésie fait état de 75 individus, ce qui est très faible pour une espèce autrefois très commune. On estime que la population a chuté d’environ 60% depuis 10 ans. Un déclin qui est d’ailleurs généralisé à l’ensemble du Québec et de l’Amérique du Nord. C’est pour cette raison que les autorités ont décidé de classer l’espèce en tant que « Vulnérable » sur tout le territoire. Selon les experts du Québec, cette situation critique est attribuable à plusieurs facteurs : la détérioration des habitats, la chasse, la prédation, les maladies mais aussi les bouleversements climatiques qui perturbent majoritairement les régions nordiques.

Des observations sont réalisables depuis les hauteurs du Parc National de la Gaspésie, à condition de rester le plus discret possible. Avoir la chance d’observer cette espèce évoluer dans son milieu naturel, en groupes plus ou moins lâches est quelque chose d’inoubliable. Mais attention, un respect irréprochable est de mise pour cette espèce au bord de l’extinction.

Si vous souhaitez observer et photographier le Caribou des bois, rejoignez-nous lors de notre voyage photo nature éthique en Gaspésie.

 
FAUNE SAUVAGE DE GASPÉSIE

Si vous rêvez de voir et de photographier des orignaux, des caribous, des ours noirs et un nombre incroyable d'espèces d'oiseaux magnifiques, ce séjour photo nature de 10 jours en Gaspésie est fait pour vous!

 
 

Thibaut
Guide Salva Fauna


Références :

WOODING, F.H. Les mammifères sauvages du Canada, La Prairie (Québec), Éditions Marcel Broquet, 1984, p. 38–45.

Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), Rangifer tarandus (Linnaeus, 1758), statuts. Site web : inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/61064 (consulté le 03/04/2019).

Fédération Canadienne de la Faune, Faune et Flore du Pays, le Caribou. Site web : www.hww.ca/fr/faune/mammiferes/le-caribou.html (consulté le 03/04/2019).

Forêt, Faune et Parcs Québec, liste des espèces faunistiques menacées ou vulnérables au Québec. Site web: www3.mffp.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/fiche.asp?noEsp=53 (consulté le 03/04/2019).

« Le Caribou de la Gaspésie pourrait disparaître d’ici quelques années », Alexandre Shields. Site internet : www.Ledevoir.com, 13 février 2018 (consulté le 03/04/2019).